Candy Crush porte plainte contre Bubblies, un groupe de rock Toulousain!

par

bubbliesKing, l’éditeur de Candy Crush, vient de porter plainte contre Bubblies, un groupe de rock toulousain âgé de 20 ans parce que leur nom ressemble trop au dernier jeu sorti par la firme, bubble Saga.

C’est le super bad-buzz de la semaine : Bubblies, groupe de rock et éditeur de jeux-vidéos est mis en demeure par la société King, célèbre éditeur de Candy Crush mais également de nombreux autres jeux dont Bubble Saga. D’après la firme, Bubblies fait de l’ombre à son nouveau jeu, et demande au groupe âgé de 20 ans de changer de nom. Avocats à l’appui, le combat va être difficile : King est une multinationale générant des millions de bénéfices contre Bubblies, simple groupe « audiogame » qui est un petit face au géant britannique. Bienvenue dans la VRAIE justice où seuls les gros portefeuilles peuvent s’en sortir.

Pour le coup, Bubblies ne peut compter que sur les soutiens de la toile et de la mauvaise publicité que cela va engendrer pour King. Et pour vous immerger complètement dans l’ambiance, voilà une petite chanson qui devrait vous donner le courage de partager cet article et de diffuser au monde entier ce que le monde peut faire de plus débile.

  1. Inti Illimani – El Pueblo Unido


Car en effet, la seule défense de Bubblies sera la mobilisation des internets et des médias afin de montrer au monde la face cachée des grosses entreprises qui ne pensent qu’à essuyer leurs pieds sur les plus petites, avec pour seule arme l’argent et l’incohérence de la justice. Bubblies ne pourra jamais avoir les moyen de se battre contre King, ce qui fait que le combat est d’ores et déjà perdu s’ils décident d’aller le jouer en justice.

Parce outre ces activités dans la musique, Bubblies publie depuis quelques années (2001) différents jeux-vidéos, alors que la marque King n’apparait qu’en 2003 dans l’horizon des applications pour smartphone. Bien que le rapprochement entre Bubblies et « Bubble Saga » semble grotesque, Bubblies existe déjà depuis plus de 20 ans. Comment peut-on croire alors à la légitimité de l’entreprise King en attentant une plainte contre Bubblies? Parce qu’elle a toutes les chances de gagner, Bubblies n’étant pas une marque déposée.

Cela va être difficile et coûteux pour nous« , pressent Bubblies. « Nous mettrons d’ici peu en place une logistique de soutien, car nous n’avons bien sûr pas les moyens de lutter seul contre ce géant ! » Voilà toutes les armes qu’ils possèdent : la diffusion de l’information.

Ce n’est pas la première fois que King provoque la polémique, notamment en voulant déposer les marques « candy » et « saga » et s’en réserver l’exclusive utilisation, avant d’abandonner. L’argent permet de se croire au dessus de tout, mais surtout au dessus du bon sens.

candy_crush_sagaKing n’est pas la première entreprise à vouloir défendre son nom au près du petit peuple, notamment avec l’histoire de Mme Figaro contre Mme Figaro, institutrice qui utilisait simplement son propre nom de famille pour tenir un blog de création pour les petits enfants. Mme Figaro a été forcée et contrainte de changer de nom de blog. L’argent vous-dis-je, peu importe le bon sens, peut tout acheter.

Partagez, diffusez, relayez, il n’y a que comme cela que nous pourrons faire changer les choses (et montrer que le petit peuple ne se laissera pas faire, nom d’un ptit cochon!)