Ces animaux qui trichent avec le cycle de la vie

par

Nous sommes au sommet de l’évolution. La preuve, on a inventé la bière. Mais quand même, on naît, on vieillit, on meurt et c’est irrévocable. Pour certains animaux c’est un peu plus séduisant.

Déjà, il y a ceux qui vivent très très vieux…

Ce pin bristlecone aurait quelque 4840 années. Et est nommé… Mathusalem. C’est le plus vieil arbre sur terre issu d’une d’une réplication non clonale. (avec un papa arbre et une maman arbre, donc.)

En Amérique du nord ! Il n’est pas mort et continue de grandir d’après les arbrologues.

Mais il y a aussi les arbres issus de multiplication végétative. A partir d’une racine mère très vieille repoussent des clones de l’arbre originale.

En suède !

Cet épicéa serait issus d’une racine d’environ 9550 an, c’est le plus vieille arbre solitaire.

Mes certaines colonies d’arbres, tous identiques à l’arbre originel de la colonie et partageant le même réseau de racine sont beaucoup plus vieilles !

https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/62/AspenOverview0172.JPG?resize=344%2C257

Cette colonie nommée Pando aux USA est constituée de peupliers faux-trembles et elle existe depuis plus de de 80 000 ans.

Plus proches de nous, il y a des animaux qui ne vieillissent pas

Comment qu’on définis le vieillissement ? Hé bien, si à partir d’un certain âge le taux de mortalité de l’animal augmente, c’est qu’un phénomène de senescence apparaît. Cela n’existe pas chez les Homard, par exemple. Ils grandissent avec le temps, voilà tout, mais leurs facultés ne se trouvent pas altéré.

A chaque division cellulaire, le bout des chromosomes – les télomères qui ne contiennent pas de Gênes ni de de Rome – sont rabotés. Lorsqu’ils disparaissent après environ 50 divisions chez l’homme, la cellule meurt. Ce processus est responsable du vieillissement cellulaire chez l’homme est en partie compensée par une protéine, la télomérase, qui rallonge les télomères… Et justement les cellules du Homard contiennent un taux exceptionnellement élevé de Télomérase. Chez l’homme, ce sont surtout les cellules souches qui en contiennent et… Les cellules cancéreuses dont l’immortalité pose problème pour l’équilibre – l’homéostasie – de l’organisme.

D’autres ont des capacités de régénération fabuleuses

Le tardigrade, ou ourson d’eau, sont de minuscules invertébrés présent tout partout du haut de l’Himalaya au fond des mers. De l’antarctique au sahara. Lorsque les conditions sont mauvaises, il peut se déshydrater à 99% et atteindre des jours meilleurs plusieurs années sans aucune activité vitale avant de ressusciter

https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/be/Mikrofoto.de-baertierchen2.jpg?resize=476%2C317.

L’hydre, un polype de l’ordre des cnidaire – en fait, le seul polype à ne jamais devenir méduse – peut quant à lui se régénérer entièrement à partir de n’importe qu’elle morceau de son corps. Il suffit de découper un bout d’une centaine de cellule pour qu’un nouvel hydre pousse du fragment. Cela commence vachement à ressembler à de l’immortalité.

Et il y a celui qui fait n’importe quoi :

Turritopsis nutricula est une méduse

Une méduse quoi…

Elle peut vieillir… Mais aussi rajeunir et retourner à l’état de polype (la forme immobile et asexué de quand ils sont bébé). Biologiquement, elle est tellement immortelle qu’elle peut redevenir bébé…