Des gamers font avancer la lutte contre le Sida

par

Ils ont résolu en trois semaines une énigme qui tenait les scientifiques en haleine depuis dix ans.

Un jeu vidéo en ligne a permis de faire avancer la recherche sur le virus du Sida. Crédit Reuters

 

En trois semaines, les adeptes d’un jeu vidéo en ligne ont permis à des scientifiques de décoder la structure d’une enzyme proche de celle du virus du Sida, sur laquelle ils travaillaient depuis dix ans.

Le jeu vidéo en question, Foldit (« Plie le » en Français), a été développé en 2008 par les départements d’informatique et de biochimie de l’Université de Washington. Il utilise les compétences des joueurs pour résoudre des problèmes auxquels se heurtent en général les ordinateurs : comprendre comment les molécules se « plient » pour former des structures en trois dimensions et donner naissance à des protéines. En effet, « les gens ont des capacités de raisonnement dans l’espace bien supérieures à celle des ordinateurs », explique Seth Cooper, l’un des créateurs de Foldit. Or, connaître la structure des enzymes responsables de la progression d’une maladie est essentiel pour élaborer des médicaments permettant de la stopper.

L’enzyme sur lequel travaillaient les scientifiques est une protéine utilisée par un rétrovirus, famille à laquelle appartient le VIH, et qui joue un rôle essentiel dans sa prolifération. Comprendre comment stopper cet enzyme pourrait permettre à terme de comprendre comment stopper le développement du virus du Sida.

Autre révolution, à moindre échelle, ce jeu vidéo pourrait permettre de faire évoluer l’enseignement des mathématiques et des sciences à l’école. « Foldit est la preuve qu’un jeu peut transformer un novice en un expert capable de faire des découvertes de premier ordre », souligne Zoran Popovic, professeur d’informatique à l’Université de Washington.

Lu sur Libération.fr