Hadopi: touché, coulé! 4chan vise ACS: Law

par

Voici un article que j’avais envie de partager avec vous. Écrit le 26 septembre 2010 par Fabrice Epelboin.

Hadopi...« La firme d’avocats anglaise ACS:Law avait trouvé un bon filon. Soutirer de l’argent aux pirates en les menaçant. Une pra­tique limite mais à peu près légale, et très rentable.

Jusqu’au jour où après avoir été attaqué par les Anonymous – au même titre que la RIAA ou la MPAA – un trou de sécu­rité à per­mis a des hackers de s’emparer des archives emails de la société, qui ont bien sûr été mis à dis­po­si­tion de tous.

Consequences will never be the same!

Torrentfreak qui s’attaque au dos­sier a devant lui pas mal d’articles, tant est vaste la quan­tité d’informations sur les pra­tiques vrai­ment limite et dénon­cées même par les ayants droit de ACS:Law, dis­sé­mi­nées ça et là dans les emails de la société.

Drame dans une famille où le père est accusé d’avoir télé­chargé un porno gay, patron qui se réjouit dans un email de l’argent qui coule à flots, les pra­tiques du cabi­net montrent une indus­tria­li­sa­tion du har­cè­le­ment assez dingue.

Il y a ceci dit peu de chances que le cabi­net d’avocats se sorte vivant d’une telle catas­trophe. C’est en effet le secret pro­fes­sion­nel de l’ensemble de son por­te­feuille de clients qui est désor­mais dans la nature. Nul doute que beau­coup d’entre eux iront cher­cher ailleurs un pres­ta­taire plus… discret…

Au fur et à mesure que la tonne d’emails ainsi mis à jour sera décor­tiquée, de nom­breuses entre­prises et pas mal d’individus auront a rendre des comptes, à s’expliquer sur leurs rela­tions avec les ayants droits, et les dif­fé­rents avo­cats de la firme ACS:Law. Les conséquences de la double attaque que vient de subir ACS:Law sont phé­no­mé­nales pour la firme, et pro­ba­ble­ment catas­tro­phiques pour pas mal de ses clients.

Autant l’attaque sur Hadopi.fr pla­ni­fiée le 5 novembre n’aura aucune conséquences sur le fonc­tion­ne­ment de la Hadopi, et serait le pré­texte idéal donné aux par­ti­sans de la reprise en main du net, autant l’action contre ACS:Law, elle, semble plus élabo­rée. C’est bien toute une société, aux pra­tiques extrê­me­ment dou­teuses, qui a été lit­té­ra­le­ment mise à sac et bru­lée sur la place publique.

Les inévi­tables suites juri­diques devraient être cocasses. ACS:Law se risquera-t-il a por­ter plainte ? Contre quoi ? Resteront-ils suf­fi­sam­ment long­temps en vie pour cela ? Les révé­la­tions en série qui sor­ti­ront suite à l’épluchage des emails donneront-elles lieu à des plaintes ? A des enquêtes offi­cielles ? A des inculpations ?

La bonne nou­velle c’est que l’on a enfin trouvé une réa­lité aux emplois que le pira­tage est censé faire perdre : les employés de ACS:Law devraient rapi­de­ment poin­ter au chômage. »

Source: ReadWriteWeb FRANCE