Kenji, le premier robot capable de tomber amoureux était un Hoax

par

Rappels des faits.

Le 1er avril 2014, Le Procrastinateur poste des dizaines et des dizaines d’article pour fêter comme il se doit « le jour de tous les blagueurs« . Nous avons posté beaucoup ce jour là ces articles sont tous plus faux les uns que les autres. Le Robot Kenji en fait partie, mais on tenait à rappeler que Kenji était un hoax inventé en 2009 déjà. Plus d’explications à la fin de cet article. Le Procrastinateur n’est pas à son premier coup d’essai et c’est à chaque fois une joie pour nous que de vous concocter quelque chose de toujours nouveaux à vous offrir pour le 1er avril.

Les chercheurs de l’Institut de recherche en Robotique Akimu Toshiba étaient ravis lorsqu’ils avaient réussi a programmer Kenji, la 3e génération de robots d’humanoïdes, ayant la capacité  d’émuler certaines émotions humaines. Ils auraient également déclarés que Kenji serait capable d’exprimer l’équivalent de l’amour. Maintenant, les chercheurs craignent que cette nouvelle programmation prenne une tournure dangereuse notamment à cause du comportement étrange du robot…

Le Docteur Akito Takahashi, l’un des principaux investigateurs du projet déclara  « A l’origine, nous étions content de voir qu’une partie de notre âme pouvait « vivre » dans ce qu’on appelle péjorativement une « machine » ».

womanrobotcor_450x350

Kenji faisait partie de l’expérience qui consistait à installer dans quelques robots des programmes personnalisés destinés à faire réagir les robots par une réaction émotionnelle face à un stimuli externe. Après quelques essais, Kenji fut le premier robot à démontrer des signes d’attachement en se rapprochant plus intensément d’une poupée humanisée et féminisée dans son espace de test, et fut le premier à l’embrasser sans arrêt. Lorsque la poupée était hors de portée, Kenji  fit des requêtes simples, mais de plus en plus insistantes afin de savoir où elle pouvait se trouver. Les chercheurs attribuèrent ce comportement à la qualité de la programmation de la dévotion et de l’empathie chez Kenji, et conclurent sur le succès incroyable de l’expérience.

Les quelques mois qui suivirent cette expérience ont permis à Kenji de développer une tendresse initiale, beaucoup plus forte que ce qu’attendaient les chercheurs. Kenji est maintenant capable de développer de l’amour pour chaque forme humanoïde où « ces yeux » se posent, le Dr Takahashi qualifiant même son regard de « très intense ». L’équipe de recherche hésite maintenant à sortir Kenji et le présenter au public, ses réactions devenant très imprévisibles, souffrant également de l’amour non réciproque.

Les problèmes sont réellement apparus lorsqu’une jeune femme de l’équipe commença à passer quelques heures chaque jours en compagnie de Kenji, afin de tester et lui installer de nouveaux programmes de routines. Un jour, alors que venait le temps de le laisser pour la nuit, Kenji refusa catégoriquement de la laisser partir de son espace de test, bloquant la sortie avec son corps mécanique, et la serrant dans ses bras de manières répétées. La jeune femme pu s’enfuir après qu’elle ai pu appeler 2 personnes de l’équipe afin qu’ils désactivent Kenji.

« Malgré notre enthousiasme de départ, il est maintenant évident que les pulsions et les comportements de Kenji ne soient pas entièrement rationnels ni authentiques », concéda le Dr Takahashi.

Depuis cet incident, chaque fois que Kenji est réactivé, il s’approche instantanément du premier technicien qu’il aperçoit dans son champ de vision et essaye de l’embrasser avec ses 2 bras hydrauliques de 100 kilos chacun. Pour ne rien arranger, Kenji utilise des sons pré-enregistrés qu’il utilise pour communiquer son amour, avec un haut parleur de 20 watt dans sa poitrine. Kenji sera alors désactivé définitivement, les chercheurs jugeant son comportement trop dangereux et imprévisible.

Le Dr Takahashi est attristé d’un tel échec mais l’équipe reste optimiste dans la réussite du projet là où Kenji à échoué. « J’ai conscience que nous n’avons que peu de recul sur ce que nous faisons, mais j’ai pleinement confiance dans un avenir où hommes et robots vivront ensembles, et où l’un et l’autre pourront tomber amoureux », a t-il conclu.

 

Malgré cette histoire tout à fait mignonne, il s’agit bien d’un hoax dont l’origine proviendrait du site Muckflash en 2009. Provoquant un émoi quasi-mondial à l’époque, la véracité de l’histoire ne sera remise en doute que vers août 2013 soit 4 ans après son lancement et montra que ce fut bien un hoax comme le démontre le site MotherBoard. Alors que Muckflash (site internet spécialisé dans le lancement d’hoax) fut fermé quelques temps après le lancement de cette histoire, Kenji et son équipe de chercheurs font encore parler d’eux. Aujourd’hui, aucun robot n’est capable de ressentir de l’amour, mais peut être en seront-ils capables dans un futur proche. Mais Reality Pod, dont l’article est tiré, est tombé les 4 pieds joints dans le hoax.

Pour terminer, je vous invite à regarder ce court-métrage tragique d’un robot capable de tomber amoureux (english only, sorry).