La plus grande procrastination depuis l’apparition d’Internet

par

Bonjour à tous,

Je suis vcasse,  » l’hébergeur  » du procrastinateur. C’est à dire que ce blog se situe sur l’un de mes serveurs. Je n’ai pourtant aucun mérite … Ce système me permet d’avoir un système d’ alerte par SMS qui me coûte très peu cher : un Bakenji !

Si j’écris un article aujourd’hui, c’est pour vous expliquer pourquoi je vais vous pourrir l’accés à ce blog le 6 juin 2014 ! Mais avant de vous en dire plus, je vais vous raconter l’histoire de la plus grande procrastination de ces vingt dernières années dans le domaine des réseaux informatiques : la migration vers IPv6.

Si Internet est le monde réél …

Avant toute chose, je dois vous expliquer en quelques mots comment fonctionne le réseau Internet tel qu’on le connaît. L’article étant destiné à tout public, certains détails seront obligatoirement simplifié voir légèrement modifié afin de faciliter la compréhension.

Pour expliquer comment deux ordinateurs communiquent sur Internet, laissez vous imaginer que vos ordinateurs sont comme des maisons : ils sont situés à un endroit précis sur la planète, relié par une rue. Dans le cas d’Internet, la rue est le câble réseau ou le wifi qui permet à votre ordinateur d’aller sur Internet.

Si vous voulez envoyer un message à une maison, vous envoyez une lettre. Cette lettre sera distribuée par le réseau des facteurs et passera par plusieurs centres de tris avant d’arriver à destination. Le réseau Internet fonctionne de la même façon, sauf que les facteurs sont des machines et les lettres sont des signaux électroniques.

Sauf que pour envoyer la lettre au bon endroit, vous devez avoir son adresse. Sans cela, le facteur ne saura pas où il doit transmettre le courrier. Et tous les ordinateurs sur Internet ont une adresse : c’est ce que l’on nomme l’adresse IP. Ainsi, lorsque l’ordinateur veut envoyer un message, il met sur le réseau Internet un signal électrique dont le début est composé de l’adresse de l’ordinateur à qui le message est destiné. C’est ensuite au réseau de se charger d’acheminer ce message.

Ce système de communication entre machine a commencé à bien se développer à partir de la fin des années 80 et fonctionne toujours sur ces mêmes bases techniques depuis ce temps.

Si ca marche, les informaticiens peuvent donc continuer à procrastiner ?

Lorsque les informaticiens ont conçu le réseau Internet, avec les adresses IP, il n’existait que quelques machines en capacité de fonctionner avec un tel réseau. Ils ont alors vu grand : bien que le nombre de machines pouvant communiquer entre elles se comptait sur les doigts d’une main, ces informaticiens ont prévus que le système d’adresses IP puisse compter 4 294 967 296 adresses différentes. Ce système se nomme IPv4 et Internet fonctionne actuellement sur ce principe. Ces adresses sont découpés en quatres parties : xxx.xxx.xxx.xxx où xxx est un nombre compris entre 0 et 255. Pour prendre un exemple concret, le serveur sur lequel se trouve leprocrastinateur.com, qui n’est autre qu’un ordinateur mieux relié à Internet que le votre, répond à la douce adresse de 88.190.236.192 .

Nombre d'adresses IPv4 déployées depuis le début d'Internet

Sauf que dans les années 1990, le développement d’Internet s’est brusquement accéléré avec l’arrivée de l’ordinateur personnel et le nombre d’IPv4 utilisées a commencé à croitre de telle manière que dés 1993, les informaticiens ont commencé à réfléchir à une nouvelle technique pour désigner un ordinateur sur le réseau [1].

Très rapidement, la solution trouvée a été d’agrandir la numérotation des IP. Plusieurs expérimentations ont été menées et dès 1998, IPv6, la nouvelle numérotation, a été normalisée [2]. L’IPv6 permet d’avoir 340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 768 211 456 IP différentes dans le monde. Même avec un nombre important de smartphone, de tablettes, et d’autres appareils reliés à Internet, cela permet d’avoir de la marge avant de réfléchir à nouveau aux problèmes d’adresses. Si Internet se limite à la planète Terre, cela permet d’avoir 400 millions d’adresses par m2 !

 En fait, les informaticiens peuvent toujours procrastiner !

Sauf que l’Internet que nous connaissons actuellement n’est seulement constitué que de 3% de son trafic qui parle IPv6. C’est à dire que les 97% des ordinateurs restants ne possèdent seulement qu’une adresse IPv4 et n’ont pas encore effectué la migration.

Pourquoi est ce que cela a t’il mis tant de temps ? Simplement car IPv6 semble un peu plus complexe à apprendre que IPv4 et pourquoi changer alors que IPv4 fonctionne ? Surtout qu’au début des années 1990, les informaticiens avaient aussi réfléchi à des méthodes à court terme afin d’éviter la pénurie d’IPv4.

Une de ces technique se nomme le NAT. Pour reprendre l’analogie de la maison qui posséde une adresse, imaginez qu’afin de prévenir d’une pénurie, on décide d’installer dans votre quartier une seule maison, nommé Box ADSL. Seul cette maison posséde une adresse connue sur le réseau de communication, et seul cette maison peut recevoir et envoyer du courrier dans le quartier. Si vous souhaitez envoyer un message à une autre maison du monde, vous devez obligatoirement passer par la box ADSL. Cela signifie aussi que c’est la maison Box ADSL qui recoit le courrier qui vous est destiné avant de vous le transmettre. Cette technique permet de réduire le nombre d’adresses IPv4 fournies puisque seule une maison dans le quartier en posséde une. Mais cela signifie aussi que la box ADSL contrôle l’ensemble des messages qui arrivent chez vous, peut les lire, ou bien encore les censurer. Bizarrement, c’est ce que font la plupart des opérateurs de téléphonie pour la 3G/4G…

Sauf que cette technique réduit aussi votre liberté d’expression sur Internet. En effet, puisque l’adresse connue par le monde est la même pour tout le quartier, la box ADSL se souvient des messages que vous avez envoyés. Ainsi, lorsque la Box ADSL reçoit la réponse, elle sait vers quelle maison elle doit envoyer le message. Imaginons donc que dans votre maison, il y a une activité d’édition : par exemple, l’envoi d’articles du procrastinateur.com sur simple demande. Roger B, qui habite dans la ville voisine envoi un message à la box ADSL afin de recevoir un de ces articles. Sauf que la Box ADSL ne sait pas pour quelle maison est destiné ce message et ne le transmet pas. Votre activité économique ne pourra donc pas décoller. C’est pour cette raison qu’il n’est pas possible d’héberger un blog sur un téléphone mobile actuellement (alors que la puisse de ces appareils est souvent suffisante).

Ces usages peuvent vous paraitre bien loingtain : pourquoi héberger un blog chez moi ? Sauf que ces NAT ont bloqués le développement de nombreux logiciels. Skype a eu beaucoup de mal à dépasser ce soucis au départ (la box ADSL ne sachant par où envoyer l’appel), beaucoup de jeux en lignes ont aussi eu des soucis. Et pour contrer cela, il a fallu que les informaticiens chargés de ces logiciels se chargent d’installer de nombreux serveurs afin de fournir un service qui semble équivalent à celui rendu sans l’existance des NATs.

Comment les grands du net se préparent à IPv6 ?

Depuis 2011, il n’y a plus d’adresses IPv4 disponibles dans le monde. Chaque fournisseur d’accés à Internet ayant fait quelques réserves, la plupart a pu tenir jusqu’à maintenant, mais cela signifie que de nouveaux appareils reliés sur leurs réseaux ne pourront pas accéder à Internet, à moins d’être derrière un NAT.

Le 6 juin 2011, de nombreuses organisations telles que Google ont participé au IPv6 day. Il s’agissait durant une journée de tester le fonctionnement, en grandeur nature, d’IPv6 sur de nombreux services.

En 2012 le même jour, ces mêmes organisations ont décidé d’organiser officiellement le IPv6 launch. Depuis ce jour, toutes ces sociétés fournissent leurs services en IPv6 ainsi qu’en IPv4. Cela signifie que si vous êtes chez un fournisseur d’accés à Internet qui fait de l’IPv6, comme Free ou OVH, vous pouvez voir Youtube en IPv6 depuis 2012… Ah non, pas chez Free [3].

En 2014, une nouvelle journée est proposée … mais cette fois, il s’agit d’éteindre IPv4 sur ses services [4]. Bien que je ne pense pas que de grosses sociétés comme Google vont prendre ce risque, leprocrastinateur va y participer. Cela vous permettra de tester si votre fournisseur d’accés vous permet d’utiliser IPv6 ou bien s’il est encore resté sur un réseau des années 80 !

Le serveur sur lequel se trouve leprocrastinateur.com n’est pas encore configuré en IPv6, mais cela va arriver dans les jours qui viennent. Quelques articles techniques devrait d’ailleurs arriver sur mon blog personnel juste après cela. Et donc, le 6 juin, à 0h00 jusque 23h59, aucun accés en IPv4 ne sera disponible sur le blog. Nous vous reparlerons des résultats au niveau des stats quelques jours en suite, mais je pense que Bakenji risque de m’en vouloir :D

Bon, si vous voulez voir dés maintenant si votre ordinateur parle l’IPv6, rendez vous sur http://test-ipv6.com/.

A bientôt :)

VCASSE