La procrastination : une vraie maladie?

par

La procrastination est – elle vraiment une maladie?

C’est en tout cas la question que l’on pourrait se poser quand on cherche « procrastination » dans le moteur de recherche de google. Avant de tomber sur mon blog ou tout autre blog prenant la procrastination avec humour, on tombe avant tout sur des blogs du genre : doctissimo, wikipedia, « cette maladie qu’on appelle la procrastination« , « manie », « handicap« , ou encore cette vidéo vraiment psychédélique qui fait tellement peur qu’on a pas envie de procrastiner.

La procrastination (du latin pro et crastinus qui signifie « demain ») est une tendance à remettre systématiquement au lendemain quelques actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate. Citation de Wikipedia.

 

Je ne fais pas l’apologie d’une maladie et encore moins d’un handicap avec ce blog. Non. Les procrastinateurs ne sont pas des infectés, ne sont pas malades, ne sont pas handicapés. Je vous le promets. Dès lors qu’on s’intéresserait à autre chose que de remplir ses papiers d’impôts et qu’on irait lire un article de procrastination, nous serions malades? Mais chers psychothérapeutes, médecins et autres donneurs de mots de vocabulaires, regardez la vérité en face. La procrastination n’a jamais fait de mal à personne. Elle vous donne tout au plus un nouveau sujet d’étude à recherche, tant il faut des arguments pour justifier les sommes allouées à certain laboratoire de recherche… Mais arrêtez de creuser, le procrastinateur usant de la procrastination ne s’avouera jamais malade, ni même dérangé. Procrastiner, c’est bon pour son bien être, procrastiner, c’est bon pour son épanouissement, procrastiner, c’est bon pour la curiosité.

« La procrastination, c’est le fait de toujours repousser au lendemain des choses importantes, de toujours trouver mieux à faire que les dossiers urgents ou les activités pour lesquelles on s’était engagé. Tout le monde procrastine plus ou moins, mais parfois cela devient un véritable handicap dans la vie professionnelle et personnelle. Le point sur ce problème et les moyens d’en sortir » Doctissimo.

 

Car oui mes chers procrastinateurs, qu’est ce qui diffère de nous par rapport à des personnes qu’ils qualifieraient (les médecins) de normaux? C’est que nous, nous avons soif de connaissances, soif d’apprendre des choses, soif de découvrir de nouvelles choses, soif de les partager, soif d’avoir soif! Nous ne nous contentons pas de notre vie « métro/boulot/dodo », mais nous préférons nous évader, quand on le peut, sur de nouvelles terres, de nouveaux horizons. Les procrastinateurs, en procrastinant, disent tout simplement NON à un mode de vie très fermé sur le monde qui les entoure. Evidemment, nous savons que nos journées sont comme celles des gens normaux, elles ne font 24 heures, que la procrastination prend du temps et que certaines tâches sont obligatoires avant d’autres, mais nous préférons volontiers apprendre telles ou telles choses sur la physique, sur l’actualité mondiale, sur un sujet concernant les papillons de Nouvelle Guinée, sur les buzz du moment ou bien encore la dernière nouveauté geek qui vient de sortir, plutôt que de faire la vaisselle, s’occuper de la paperasse monticulante (néologisme, je sais!) ou bien ranger le placard à livres…

« Cette maladie qu’on appelle Procrastination »

Pour moi, ne pas procrastiner, ce serait retomber dans l’obscurantisme que l’on à connu au Moyen-Âge. A l’époque, religion et travail n’était que les mots d’ordres nationaux. J’espère pour le travailleur que son métier, il l’aimait. Parce que s’il ne devait que s’y tenir, la vie lui serait bien triste. La démocratisation de l’internet, l’affluence des connaissances et les millions de données que l’on peut stocker et consulter font du procrastinateur sa grande puissance. Les sujets à procrastiner sont variés, et le procrastinateur peut alors rayonner de ses connaissances en société, débattre, animer, expliquer, et raconter aux curieux de nature tout en formant de nouveaux procrastinateurs… Parce que oui, le procrastinateur a un œil critique, aguerri et très entrainé à force de procrastiner.

Il y aura toujours de la vaisselle à faire, toujours de la paperasse à remplir, toujours autre chose à faire en priorité. Mais alors, faites donc tout ça, cependant, je vous garanti que demain sera la même chose, encore et encore, encore et toujours, vous ne ferez que cela, vous ne ferez que ce que les gens attendent de vous, ce qu’attendent les médecins de quelqu’un de normal. Vous n’aurez pas le temps de vous intéresser à autre chose, vous serez très souvent overbooké mais aurez vous vraiment une vie épanouie pleine de rêves et de surprises?

Les non procrastinateurs, sont peut être, les vrais malades… des autistes fermés aux découvertes de la vie.

 

Vidéo psychédélique sur la procrastination. Faites gaffe elle fait peur.

Benjamin Lubszynski nous donne plein de conseils pour vaincre la procrastination, mais pas que. Il préfère faire des vidéos que de se raser, est-il malade?




Et pour finir, un BG facepalm! Bonne journée à tous!