Le pape François excomunie la mafia calabraise

par

« La Ndrangheta c’est l’adoration du mal et le mépris du bien commun. Ce mal doit être condamné, éloigné. Il faut lui dire  »non ». Ceux qui, dans leur vie, ont choisis cette voie du mal, comme les mafieux ne sont pas en communion avec dieu. Ne sont pas en communion avec nous. Ils sont excommuniés. »

Je ne suis pas un grand adorateur de la religion catholique – des religions en générale – mais là, je trouve que c’est un message qui envoie du steack. Cela n’aura pas d’impact immédiat, il n’y aura pas de vagues d’ancien mafieux accourant se repentir dans les postes de polices. Néanmoins, cela peut-avoir une incidence, à long terme, sur la vision qu’à la population (qui cultive l’omerta et d’où sont issus les membres) des organisations mafieuses. D’autant que dans la mafia Italienne – mais aussi d’autres pays, en particulier dans les cartels sud-américains – la ferveur en dieu est une façade qui permet de faire contrepoids aux crimes.

C’est la mission DES églises, des représentants des différents cultes et religions qui prétendent tous œuvrer pour un dieu BON de combattre le MAL. Tous les prêtres, imam, rabbin, curés, pasteurs (etc…) devraient délivrer de manière ferme et répétés (mais vraiment beaucoup ferme et répétés) un message de rejet envers les entreprises mafieuses, dictatoriale, maltraitante mais aussi – et surtout – les groupuscules sectaires et terroristes au sein de leur propre communauté de croyant. Expliquer de manière insistante que ce n’est pas compatible avec la pratique de la religion et que seul l’enfer attende ces gens.

Plutôt que de se préoccuper des capotes, de l’homosexualité ou d’élections politiques, cela contribuerait nettement plus à améliorer notre monde.