Les critiques cinéma : la grande supercherie

par

Pour tous les copains et copines qui aiment le cinéma et connaitre un peu les avis que donnent les médias avant d’aller voir un film en particulier, faites attention : il est monnaie courante de sortir la critique de son contexte : Epicentre Films et « Un voyage » en ont fait un véritable art.

 

« Un voyage » est un film  français sorti 23 avril 2014 dans les salles de cinéma. Réalisé par Samuel Banchetrit et avec les acteurs Anna Mouglalis, Yann Goven et Céline Sallette, « Un voyage » est un film très mal reçu par la critique des médias mais aussi des téléspectateurs. En soit, rien de très original puisque des navets, il en sort des centaines par an, tout cinéma et toute nationalité confondue.

ScreenShot023

Seulement voilà : la société de distribution EpicentreFilms ne l’entend pas de cette oreille : le film « Un Voyage » est un film bon, voire génial qu’on devrait tous aller voir. D’ailleurs la société décide de composer l’affiche du film avec les critiques des médias afin d’appuyer sur les arguments de vente. Allez voir ce film, vous serrez pas déçu qu’ils disaient.

Bl_z0oKCEAEhjHd Capture d’écran 2014-04-27 à 15.09.53

Sauf qu’en vrai, c’est pas vraiment ce qu’ils en disent, ces médias. Ils en disent même tout le contraire, et voici les critiques d’origines où les morceaux de phrases ont été sélectionnées puis mises bout à bout pour faire ressortir ce que l’on veut bien y voir :

LE MONDE : «Un voyage, c’est son titre, est une épreuve par moment insoutenable, souvent exaspérante.»

«Un voyage est une histoire d’amour qui se finit par un suicide assisté». Puis: «Anna Mouglalis en particulier qui, à mesure que sa mort approche, parvient à une justesse de jeu et de ton dont on ne la pensait pas capable, jusqu’à rendre bouleversante dans sa radicalité la scène où elle meurt».

LE PARISIEN :

«Dans cette aventure, Benchetrit ne fait de cadeau à personne: ni à ses acteurs, ni au spectateur et encore moins à lui-même.» Puis: «Reste une question à Benchetrit, qui est également écrivain : sinon donner un rôle puissant à sa compagne Anna Mouglalis (mention spéciale à Yann Goven, on souffre pour lui), n’aurait-il pas mieux valu écrire un roman?»

LE JDD, la critique la plus positive en soit :

«Avec très peu de moyens, Samuel Benchetrit, qui ambitionne de faire de ce long métrage le premier volet d’une trilogie consacrée à la femme dans nos sociétés, ose s’attaquer à un sujet terrible et bouleversant. Il l’aborde avec un mélange d’audace et de simplicité, imposant sa détermination à mener son histoire jusqu’au bout.» Puis «Anna Mouglalis, magnifique actrice, prête son talent et sa beauté pleine de gravité à Mona. Un voyage aborde un sujet difficile certes, mais ne laisse pas indifférent

TELERAMA :

«Filmé en plans convulsifs, ce conte de Samuel Benchetrit sur l’amour et la mort reste, de bout en bout, un exercice de style artificiel et maladroit».

LES INROCKS :

«Un voyage, le film le plus gratuit, bizarre et embarrassant vu depuis très longtemps»  puis: «Une histoire passionnelle, intense, que Samuel Benchetrit aborde en cinéaste guérillero (…). Entre deux aphorismes un peu godiches (“le bien est plus faible que le mal”, ou “le temps est un salaud”), le film accumule alors les scènes de psychodrame hystériques, incarnées par deux acteurs livrés aux démons du cabotinage – dont Anna Mouglalis, qui n’est jamais aussi mal dirigée que chez Samuel Benchetrit.»

PUBLIKART :

«Un voyage n’est pas sans défaut (un rythme inégal, des moments d’égarement…), mais la sincérité du processus et la caméra amoureuse de Benchetrit lui font pardonner facilement. Si le voyage n’est pas parfait, il vaut assurément le détour.»

STUDIOCINELIVE :

«Une version, surenchérie et datée, du cinéma de Doillon des années 80 (sans la grâce), qui déçoit. Jusqu’à une scène finale, où le calme revient enfin et saisit superbement la tension dramatique du chapitre final. Mais trop tard, hélas.»

La pratique, mise en lumière par le journaliste Romain Blondeau (auteur de la critique pour les Inrocks) y va de son style avec un joli tweet bien assumé :


 

D’après les auteurs de critiques cinéma, il n’est pas rare de voir cette pratique. Mais il est avoué également que la société EpicentreFilms et « Un voyage » y sont allés un peu fort dans le détournement de critique.

Peut-on dire qu’il y a abus de confiance concernant la société envers le spectateur?

Via Slate