L’expérimentation animale

par

Sujet largement à controverse, d’actualité et qui fait polémique, l’expérimentation animale. Un sujet dont il est difficile de faire la part entre la passion et la raison, et de ce fait est la source d’arguments de déraisons. Article rédigé en là période de Téléthon, j’avais trouvé que c’était peut-être le moment de faire une mise au point concernant la communauté scientifique dans une rubrique très pointue : l’expérimentation animale.

Mais de quoi parle-t-on au juste ? En fait, cet article prend toute sa mesure (et vous pourrez lui dire merci)  suite à un statut sur facebook d’un jeune homme dont je tairais le nom par politesse qui, je cite « Avis à tous les donneurs au Téléthon, vous qui pensez avoir bonne conscience, vous soutenez aussi la vivisection ! ».

Pincez moi je rêve. Un mec vient de dire devant des milliers d’internautes que soutenir le Téléthon, en dehors du fait que le Téléthon aide des milliers d’handicapés chaque année et soutient une recherche génétique ultra sophistiquée, que le Téléthon soutenait la vivisection ! Quel troll magnifique.

Vous ne voyez pas le problème ? Moi si ! Comment, en tant qu’Hommes bien-pensants, pouvez-vous croire que des recherches en génétiques poussent les chercheurs à faire de la vivisection ? Quel intérêt ? On injecte à cette souris un gène muté et on l’ouvre en deux VIVANTE pour voir l’ADN se balader dans le sang ? Sommes nous arrivés à de telles avancées technologiques mais avec des hommes restés dans l’obscurantisme?

Et si par le pur des hasards certains chercheurs seraient amenés à aller voir ce qu’il se passe à l’intérieur, pourquoi auraient-ils besoins que leur animal soit vivant ? Un peu de sérieux tout de même !

Et pourquoi le Téléthon soutiendrait-ils de tels protocoles expérimentaux qui n’apporteraient ni l’utilité ni l’once d’une ouverture en recherche thérapeutique ? Voilà pourquoi cela me révolte : on colporte des idées qu’on a lu ici et là, écrite par des associations ou des êtres plus portés de passion que de raison qui, avouons-le, doivent faire aussi sensationnel que la dernière sortie de ce cher professeur Even qui croit mettre à mal des années de recherches juste avec un seul constat ! « Oui ces savants fous dissèquent des animaux vivants juste pour leur bon plaisir et il le font avec le sourire, avec photos en preuves ! ». Jusqu’ici, ces associations ont bien fait plus de mal que le Téléthon qui arrive à soulever en moyenne 50 M d’euros par an !

La vivisection, d’abord, c’est quoi ? C’est la dissection vivante d’un animal vertébré hors humain. Or il ne faut pas oublier que depuis certains votes internationaux et nationaux, dont fait partie la France, la vivisection ne peut se faire que sous contrôles expérimental et anesthésie générale. En clair, faire une vivisection à un animal, c’est ce qu’on appelle faire une opération chirurgicale à un homme. Genre une appendicite. Pourtant, je vois jamais de chirurgiens se faire traiter d’assassin sans morale…

En tant que futur chercheur et expérimentateur sur animal, oui, je souffre de cette image. Oui je suis las d’entendre ici et là que notre seul but, si tant on en a un, c’est de faire souffrir ces pauvres animaux ! Que notre seul plaisir dans la vie, c’est de faire de la dissection et du gore à tout va ! Que notre seule consolation, ce sont ces kilos de viandes fumantes qui vont finir à la poubelle ! Que finalement même si on a rien trouvé, ce n’est pas grave parce qu’on s’est bien amusé !

Il existe évidemment des vivisections qui consistent à tuer l’animal ensuite, cependant, et tous les scientifiques vous le diront : quel intérêt de faire une expérience sur un animal qui n’y survit pas ? Comment faire des mesures objectives sur un animal mort ? Tout d’abord, un tel protocole ne sera pas accepté et même sera très controversé. A juste titre. Puis il existe aussi des animaux qui meurent sous vivisection toujours sous anesthésie générale, mais ce sont les aléas, et croyez-le ou non, tout scientifique fera le maximum pour éviter ce genre de chose !

L’expérimentation animale est un sujet qui déchaine les passions. Mais justement, nous ne devons pas parler avec notre passion, mais plutôt notre raison. Ce sont ces mêmes expériences qui nous permettent aujourd’hui, d’avoir un tel niveau en médecine. Cette médecine qui nous permet de sauver des enfants, de ramener ton chien/chat après une maladie de chez le vétérinaire, de permettre l’augmentation de l’espérance de vie. Les gens crachent sur quelque chose qu’ils sont bien souvent content d’avoir sans se rendre compte du comment ça a pu se passer.

Je n’aime pas ce que la folie humaine a pu faire à certains animaux comme à certains peuples, mais aujourd’hui, on se tourne vers l’avant, et essayons de progresser dans la science en pensant d’abord au confort de l’animal.

Il existe des codes, des traités, une morale et un discours qu’on se doit de respecter. On ne peut pas nier que cela n’a jamais été fait, ni que cela ne se fait encore. On ne peut juste plus le généraliser à la communauté scientifique. En France, on contrôle les expériences, on pèse le pour/le contre, on regarde s’il est possible de ne pas passer par un modèle animal et on cherche la meilleure solution pour l’animal. Quand on doit absolument passer par l’animal pour tester un produit, une dissection, etc, on s’assure toujours que l’animal ne souffrira pas. Mes animaux ne souffriront pas. Parce que je n’aime pas faire souffrir un animal et qu’en plus je suis archi-contre cela. Et qu’en plus avec les avancées technologiques que nous avons en laboratoire, ce n’est plus nécessaire.  « Les chercheurs portent en général un regard sévère sur l’éthique de leur confrère, une mise sous contrôle qui se ressent lors de la soumission des articles si les protocoles utilisés sont discutables. »

Je lis, je lis énormément. Des articles scientifiques, des articles en tout genre. Je suis au cœur du système et, ne vous en déplaise, je n’ai jamais encore lu un article parlant d’expérimentations sur animaux qui semblaient aller à l’encontre de mes idéaux, c’est-à-dire, comme les votre, la non-souffrance de l’animal. Un hasard ? Vous le pensez vraiment ?

Dire aujourd’hui qu’un biologiste tue et expérimente sans pitié, sans états d’âmes ni conscience, de petits animaux juste pour le plaisir c’est comme accuser aujourd’hui un allemand des crimes nazis commit par son pays il y a plus de 70 ans.

Dire qu’il y a des biologistes qui le font encore et qu’ils sont soutenus par la communauté scientifique, c’est comme dire qu’il y a encore des nazis et qu’ils sont encore soutenus par l’Allemagne. La première information est vraie, l’autre, et vous le savez tous est fausse.

Pourquoi ai-je tant besoin de prendre de si gros exemples pour défendre ma position de chercheur en biologie ? Posez-vous la question. Il serait bon ton de vous mettre à la page et d’arrêter de brandir des photos d’animaux dépecés vivants en guise de preuve, qui ne sont que les méfaits de braconniers ou de dangereux psychopathes… Des détourneurs d’information payés à faire du sensationnel, juste pour se faire connaitre et toucher l’opinion publique, juste pour le plaisir. Et non des scientifiques.

Et si vous voulez en lire plus, allez lire cet article très intéressant : Apologie de l’expérimentation animale, de Hume. http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/une-apologie-de-l-experimentation-15483

« Bref, méfions-nous du choc des images… »

Il est très facile de détourner les images pour en faire dire ce qu’on le veut…

Désolé par avance pour l’image choquante, mais cette image illustre très bien où je veux en venir. D’abord, n’ayez pas peur de regarder cette image. On l’y voit un chien de la race Beagle ensanglanté avec une blessure à la tête, une ouverture dorsale et une ouverture ventrale, ne ressemblant en rien à un acte chirurgical. Certainement l’oeuvre d’un accident et la photo prise par un vétérinaire pour ses propres archives. Pourtant, cette image je l’ai trouvé sur ce site criant à la fermeture d’un laboratoire faisant de telles expérimentations, images à l’appui.

Quand on s’intéresse de près à l’image, grâce à google doc image, il est possible de remonter l’image. Oh, quelle surprise. Chaque association de la cause animale vous servent et vous reservent la MÊME image mais pour chaque laboratoire faisant de l’expérimentation animale, en précisant bien que la photo provient du laboratoire où l’association voudrait y voir un terme.

Je pense qu’ici, il est d’ores et déjà facile de voir comment ces associations procèdent: avec du choquant, avec du mensonge, avec des images qu’ils disent « tirées des laboratoires » qu’ils incriminent. C’est ce qu’on appelle de la manipulation et moi je trouve que c’est assez grave pour être dénoncé.

Il existe pourtant bien une association de défense des animaux qui fait très bien son travail, j’en doute pas, mais les autres associations qui ne font quand dans le gore pour manipuler les esprits et faire du recrutement de masse dans la population ne méritent pas mieux que d’être enterrées bien profond sous terre.

J’espère juste que le message est compris: c’est écoeurant de se faire insulter de la sorte par une populace qui ne comprends même pas l’essence même de notre travail et qui, au lieu de se renseigner, d’être critique et objectif, vérifier les sources, préfère faire le mouton en suivant un groupe d’imbéciles croyant avoir la vérité absolue en détournant les images et en inventant des histoires.