Mme Figaro VS Mme Figaro

par

L’histoire de Mme Figaro contre Mme Figaro prouve encore une fois que l’argent et les avocats sont encore meilleurs contre le bon sens et la justice, surtout en 2012. Voici l’histoire!

La guerre des marques et leurs sbires d’avocats sont prêts à tout pour faire valoir les « droits » de leurs clients, ou pour justifier leurs salaires exorbitant. C’est le cas des avocats de « Madame Figaro« , le magazine, contre Mme Figaro, la personne.

Son problème à Mme Figaro, la vraie? Tenir un blog dont le titre « La Classe de Mme Figaro » gêne au plus haut point les avocats du magazine. C’est pour dire, voici de quoi traite ce fameux blog qui fait tant de mauvaise pub au magazine:

  • son blog traite seulement de trucs scolaires
  • la charte graphique n’a rien à voir avec celui de Madame Figaro (voir la première image)
  • aucune activité commerciale avec son blog

Mais c’est largement suffisant pour que les avocats de la marque mettent en demeure le fameux blog qui contrefait et qui utilise la marque pour faire de l’argent! (et oui…)

Bravo les gars de Nomos ! Faire chier une pauvre instit pour justifier votre chèque de fin de mois, c’est juste pathétique.

Malgré le soutien de la toile et de milliers d’internaute, Mme Figaro a été contrainte et obligée de ranger les armes et de se plier aux règles de la chaine alimentaire.Voici la réponse donnée sur son blog:

Alors d’habitude, l’expression « F word » désigne un très gros gros mot anglo-saxon à ne surtout pas dire. Dans mon cas, il s’agit de mon nom que je ne dois surtout pas dire.

J’ai le tort de m’appeler Mme Figaro et cela déplait grandement au propriétaire de la marque « Madame Figaro ». J’ai reçu il y a quelque temps un mail me sommant d’ajouter mon prénom à mon nom dans le titre de mon blog afin de ne pas « porter préjudice » à la marque.

J’ai proposé à la marque de modifier le titre de mon blog de « La classe de Madame Figaro » à « La classe de Mme Figaro » pour lever toute ambiguïté, car l’intitulé « Mme Figaro » n’est pas une marque déposée du groupe Le Figaro. Je me suis vu répondre que ceci n’était pas satisfaisant. J’ai tenté de résister, car je n’ai enfreint aucune loi, mon nom, c’est mon nom.

J’explique ma résistance à modifier le nom de mon blog:

  • – mon site ne s’appelle pas « Madame Figaro » mais « La classe de Mme Figaro »
  • – Le design du blog ne reprend rien de l’image du groupe de Presse. Ni les couleurs, ni les polices…
  • – La bannière du blog a une esthétique très éloignée des logos déposés à titre de marque. Là encore nulle confusion n’est possible entre leurs logos et le blog.
  • – Le journal propose que j’accole mon prénom… mais dans mon contexte professionnel, mes élèves, les parents, mes supérieurs, les élus (…) m’appellent « Madame Figaro », et ne connaissent pas nécessairement mon prénom. A l’école élémentaire, il n’est pas d’usage d’appeler les enseignantes par leur prénom. C’est mon droit de souhaiter utiliser « madame Figaro », mon appellation usuelle, sur mon blog.

Maintenant, le groupe Le Figaro m’a fait parvenir par son avocat une mise en demeure me sommant de modifier le nom de mon blog sous peine de poursuites. Je n’ai pas la carrure ni les moyens d’affronter ces gens en justice, j’ai donc pris la décision de modifier le nom de mon blog.

C’est le combat de la coccinelle contre l’éléphant et la coccinelle qui ne veut pas se faire écraser s’envole vers d’autres horizons.

Vous pourrez bientôt visiter « Les chantiers de l’apprentissage ».

C’est tout aussi écœurant que le fait de porter le nom d’une célèbre marque et que de se voir attribuer un procès pour atteinte aux droits d’auteurs et à l’image de celle-ci. Faites relayer l’information que de nombreuses personnes soient au courant!