Oops! L’Etat s’approprie des droits d’auteur qui ne lui appartiennent pas.

par

Oops! L’Etat s’approprie des droits d’auteurs qui ne lui appartient pas. Mais on sait tous que ce n’est pas la première fois.


C’est l’histoire d’un Etat militant pour la protection des droits d’auteurs, usant de la riposte graduée baffouant les droits de l’Hommes et votant des nouvelles administrations comme HADOPI dont le budget est idem au budget alloué à la sécurité routière.

Pourtant, il semblerait que ce même Etat fait fis des lois que lui même promulgue. On avait déjà eu l’affaire du lip dub de l’UMP. Ce clip utilisait une musique dont le groupe n’avait pas les droits d’auteurs. Scandale.

Hiver 2012: l’Elysée compte parmi elle plusieurs IP « flashées » sur les autoroutes du téléchargement illégal: plusieurs films récents ainsi que quelques films pornographiques avaient été téléchargés. Scandale.

Aujourd’hui, nouveau rebondissement dans l’affaire des droits d’auteurs spoilés. Sur le site de data gouv (www.data.gouv.fr), une photographie de Jonathan Gray, étudiant britanique fait office de fond visuel, publiée sous la licence Creative Common, comme toutes les images publiées sur Wikipedia. Quand on utilise une photo sous la licence Creative Common, le seul devoir est de citer l’auteur. Ce jeune homme milite lui pour les licences ouvertes en Europe. Et quand on se connecte sur le site de www.data.gouv.fr, d’abord on voit que la photo est utilisée sans même citer mr Gray ni même citer la licence, mais pire encore, s’approprie sa photo sous « copyright www.data.gouv.fr.

Source: cliquez sur l'image.

Bien joué le gouvernement!