Pendant ce temps là, dans le monde Politique…

par

Pendant ce temps dans là, dans le monde politique…

… les informations circulent vite, et il est difficile de relayer tous les couacs de ces hommes/femmes politiques tant ils en balancent à la pelle. Mais rassurez vous, on vous fait un petit topo.

François Fillon (1er ministre): voudrait que tous les pratiquants religieux fassent l’effort d’arrêter de bouffer n’importe comment. Quand on sait qu’une viande halal ou casher est forcément contaminée par des bactéries très malsaines, on se demande encore comment font-ils pour survivre. Ces « traditions ancestrales » qui ne « correspondent pas à grand chose » devraient être arrêtées. « Les religions devaient réfléchir au maintien de traditions qui n’ont plus grand chose à voir avec l’état aujourd’hui de la science, l’état de la technologie, les problèmes de santé ». Et ceux qui ne sont pas content n’auront qu’à en discuter avec Claude Guéant. Sources: ici et là.

Claude Guéant (ministre de l’Intérieur): lui estime que « toutes les civilisations ne se valent pas ». Un jour, quelqu’un à dit aussi que « toutes les races ne se valent pas », reste à savoir ce qui différencie les races/civilisations dans son vocabulaire. On lui suggère très vite de démentir ses propos « racistes et xénophobes ». Mais il n’en ai point: ce n’était juste que pour « dénoncer les civilisations qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes et la haine sociale et ethnique » comparée à sa propre civilisation qui « défend le droit des hommes, l’expression et l’égalité des hommes et des femmes ». On y aurait presque crut. Source.

François Hollande (candidat aux élections présidentielles): A deux mois des élections, les propositions tombent. Et qu’avons nous pour redresser économiquement un pays face à une crise économique de grande ampleur? Augmenter le nombre de professeur ainsi que taxer plus les hauts revenus pour faire cracher les riches. C’est sûr qu’avec ça, on va pas la voir demain, la sortie de crise… Dans 5 ans, on aura le même débat.

Marine Lepen (candidates aux élections présidentielles): aurait rajeuni de 5 ans à la suite des propositions faites par Nicolas Sarkozy lorsqu’il a énoncé son nouveau programme de futur président. Il serait identique à celui de 2007. Cependant, elle risque de prendre 5 ans aussi d’un coup, quand les prochaines élections se feront sans elle. 38 signatures encore à avoir, c’est dommage de s’arrêter si proche du but.

Jean-François Copé (président UMP): lui trouve tout à fait normal qu’un candidat avec plus de 16% d’intention de votes mais qui n’a pas recueilli les 500 signatures nécessaires pour se présenter, ne se présente pas. En même temps, c’est pas lui qui fait la constitution. Demandez à Guéant, lui il à son avis concernant notre civilisation: on est en démocratie, les élus doivent représenter le peuple.

Nicolas Sarkozy (président de la république): quand on aime, on ne compte pas. Il semblerait que sur RTL, le président de la république ai sorti: « Il y a un peu plus de 400.000 élèves de moins dans l’Education nationale depuis dix ans, et il y a 45.000 professeurs de plus ». Sauf que Nicolas Sarkozy à dû se tromper de pays. Il y a bien en effet eu une baisse des effectifs des élèves sur 10 ans, mais seulement de 119 000 contre 400 000. Cependant il n’y a pas eu plus de professeurs en 10 ans, mais moins: c’est à dire qu’au lieu d’avoir une augmentation de 45000 postes, on a une diminution de 39000 postes sur ces 10 dernières années. L’amour l’amour l’amour… Quand on aime on ne compte pas.

Jean-luc Mélanchon (candidat aux élections présidentielles): n’aime pas tellement les « journaux de gauches », mais surtout le petit journal. Les journalistes du petit journal n’ont jamais le droit de participer aux conférences, ni aux supers meetings. La liberté d’expression ne plait pas forcément à tout le monde. Surtout à gauche.

Mais on attribuera la phrase de la semaine au président Biélorusse Alexande Loukachenko, qui, après que le ministre polonais des affaires extérieures l’ai critiqué (qui lui même avait avoué son homosexualité), « il vaut mieux être un dictateur qu’être un pédé ». Voilà qui est dit.

On vous souhaite une relative bonne semaine en attendant les prochains couacs politiques bien croustillants!