Pirater un jeu vidéo : les éditeurs de plus en plus ingénieux (ou troll)

par

Les éditeurs de jeux-vidéos rivalisent d’ingéniosité pour contrecarrer les joueurs qui tentent de pirater leurs nouveaux jeux : terminé les protections anti-copies, bienvenue les farces et jokes à l’intérieur des jeux.

Génération 1990 : qui n’a jamais essayé de pirater un jeu-vidéo pour pouvoir y jouer vite et gratuitement sur votre ordinateur ? Vous avez connu le lecteur – graveur du PC de la famille, le revendeur de jeux gravés dans la cour de récré, le revendeur de jeux piratés de la rue de la République à Paris, la puce ou le GameShark – qui ne manquait jamais de faire planter la console – à installer pour un prix exorbitant… Certains éditeurs prétendaient même avoir installés des programmes anti-copies, des logiciels self destructs ou même carrément une obligation d’abonnement pour utiliser leurs jeux, tous plus ou moins contournables.

Mais aujourd’hui, la donne est différente. Alors que d’autres essayent – et réussissent au grand désarroi des joueurs honnêtes – à sortir des jeux dont la taille d’installation devient quelque peu démesurée, décourageant alors le pirate chevronné et le partage massif – avec en tête Titanfall et ses quelques 50 Go, dont 35 réservé au son – , certains éditeurs commencent à comprendre que l’ingéniosité des pirates dépassaient largement l’ingéniosité et le temps dont disposait des développeurs à bloquer un jeu.

Alors plutôt que de tenter de bloquer les pirates par un quelconque artifice externe au jeu-vidéo, les développeurs tentent maintenant tout simplement de bloquer la progression des joueurs pirates après quelques heures de jeux. Un petit script de rien du tout et voilà votre jeu injouable, c’est-à-dire que le joueur sera bloqué par le jeu lui même, lui empêchant tout simplement de continuer le jeu (un boss « immourable », des ascenseurs en panne…). Et ceux là ne sont pas sans se plaindre directement sur internet ce qui, sans le vouloir, colle au dessus de leur tête un panneau clignotant « j’ai piraté mon jeu, aidez-moi! ».

Bien sûr, un patch correctif développé par les pirates peut résoudre rapidement un tel problème, seulement, si ce processus intervient juste avant la fin du jeu comme dans Serious Sam 3 : BFE, énormément de copies illégales seront déjà en circulation et découragera bon nombres de joueurs.

La réponse amusée des éditeurs est toute simple : sans être accusatrice ni dédaigneuse, « Il semblerait que vous soyez bloqué dans le jeu. L’achat du jeu serait la seule solution trouvée pour vous décoincer ».  C’est l’jeu ma pauv’ Lucette.

1. Talos Principle : les ascenseurs bloqués au niveau 2

Lorsqu’un joueur sur Steam dénonce un bug sur Talos Principle (développé par Croteam) sur Steam, arguant de ne trouver que des ascenseurs en panne lorsqu’il passe le niveau 2, il ne se doute pas un seul instant que son message est tout simplement un aveu en bonne et due forme de piratage. Croteam, bon joueur, avait d’ailleurs laissé un message codé sous forme de QR CODE à l’extérieur des ascenseurs en panne, pour mettre les petits sacripants au courant.

Talos-Troll-2-600x589

J.K. – Quand j’ai débloqué le 2e étage de la tour, tous les ascenseurs ont arrêté de fonctionner. Dès que je veux aller quelque part, il s’arrête juste au milieu du chemin et je ne peux plus rien faire. Est-ce que quelqu’un a le même problème ? Que dois-je faire ?

Punchobastardo – Bravo ! Tu dois être le premier à monter aux yeux d’internet ce que Croteam a fait cette fois-ci pour punir les pirates.  Tu peux être fier de toi, ça devrait faire le tour d’internet dans environ 30 minutes, je dirais…

2. Les Sims 4 : du pixel en veux-tu en voilà !

Les développeurs des Sims 4 voulaient aussi punir les pirates d’une façon originale. Et ils l’ont fait : en effet, dès que le joueur faisait prendre un bain ou une douche à son Sims, l’écran entier se pixelisait comme lorsqu’il se pixelise pour cacher les parties dénudées de nos Sims, rendant alors le jeu complètement injouable.

sims4piracy

3. Serious Sam 3 : BFE : le boss increvable.

Dans Serious Sam 3, BFE – jeu développé également par Croteam – le joueur ayant une version piratée du jeu se retrouvait nez à nez avec un monstre mi-scorpion mi-monstre increvable qui ne lui laissait aucune chance de survie. Bien sûr, les joueurs qui avaient acheté le jeu ne rencontraient jamais ce monstre… à la forme et au comportement bizarre.

4. Skullgirls et le message chelou

Dans Skullgirls, les joueurs ayant piratés le jeu se retrouvent avec un message pop-up fort étrange : « Quelle est la racine carrée d’un poisson ? Je suis triste maintenant.« 

"Dan Hikibi : J'ai eu ce message après avoir terminé le mode histoire avec Para et Cere et je n'ai aucune idée de ce que cela peut bien vouloir dire..." "Skullgirls : Oh ça? Ca veut simplement dire que tu devrais plutôt acheter le jeu au lieu de le pirater."

« Dan Hikibi : J’ai eu ce message après avoir terminé le mode histoire avec Para et Cere et je n’ai aucune idée de ce que cela peut bien vouloir dire… » « Skullgirls : Oh ça? Ca veut simplement dire que tu devrais plutôt acheter le jeu au lieu de le pirater. »

Un joueur, interloqué par ce message, s’est alors empressé d’en demander la signification aux développeurs du jeu, sur Twitter.

joueur-pirate-jeu-fait-savoir-developpeurs-accident1

La curiosité est un vilain défaut, surtout pour certains.

Source : Le Journal du Gamer