Le mystère du poisson lanterne

par

Le poisson Lanterne – Myctophidae

Myctophidae, ou poisson lanterne est une espèce de poisson avec la particularité, à part d’être très moche, de porter une lanterne devant les yeux, ce qui lui permet de chasser en eau profonde là où aucune lumière ne traverse, et là où les petits êtres, curieux d’y voir une lueur brillante, se jettent profondément dans la gueule de ce poisson…

Je vous l’avais bien dit… c’est moche.

Une espèce de poisson qui se fait piéger par hasard dans les filets des pécheurs, parce qu’en plus d’être laid, c’est pas bon. Cette espèce à la particularité de ne comporter que des femelles dans leurs individus. Cette caractéristique a longtemps interrogé les chercheurs, et ont cherchés à savoir si une espèce de vertébré avait réussi ce que les femmes aimeraient toutes : procréer sans les hommes. Et ne faire aucun  garçon. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Commençons l’enquête. Après la dissection d’une femelle de cette espèce, nous avons aperçu plusieurs sortes de « tumeurs », des ganglions à la surface épidermique de la femelle, et cela à plusieurs endroit et sur plusieurs spécimens.  Dans ces ganglions, les chercheurs ont retrouvé des gonades mâles ressemblant étroitement à ce que pourraient être les testicules du mâle de cette espèce.

Avoir des gonades mâles « greffées » dans des sortes de « bourses » à la surface de la femelle, c’est déjà du sensationnel. Avoir des gonades mâles fonctionnelles, s’en est une autre ! Et c’est le cas chez cette espèce de poisson !

Alors les chercheurs se sont posé une tout autre question : les femelles naissent-elles directement avec ces gonades mâles à leur surface et leurs propres gonades femelles aussi fonctionnelles ?

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont récupéré un spécimen vivant, et l’ont gardé en captivité et ont tenté une reproduction grâce au sperme recueilli dans ces gonades et réinjecté sur les ovules que la femelle a largué dans l’eau.

Lors de l’éclosion des œufs, les chercheurs étaient stupéfaits : dans les sujets, il y avait autant de mâles et de femelles et les femelles ne portaient aucunes gonades mâles  à leur surface. Comment se faisait-il que les pécheurs ne capturaient que des femelles avec de telles caractéristiques ? Les chercheurs ont pu observer autre chose : seules les femelles possédaient la tige lumineuse sur leur tête, les mâles n’en ayant pas.

Les chercheurs se sont alors penché sur la biologie de l’espèce directement dans son habitat naturel : les eaux profondes, tellement profonde qu’aucune lumière n’y passe.  Et ils ne s’attendaient pas du tout à ce qu’ils allaient observer….

En effet, même en conditions normales, les éclosions observées ont été les mêmes que celles observées en captivité. Ils savaient alors qu’ils se passaient quelque chose après l’éclosion. Les femelles naissent directement avec une lanterne fonctionnelle, alors que les mâles n’en ont pas. Dans ces eaux profondes, les mâles sont attirés par la lumière émise par les femelles, et vont les suivre. Dans les premiers moments de leur vie, les femelles vont pouvoir avoir accès à la nourriture alors que les mâles ne pourront pas, ne pouvant attirer les proies. Une fois que la femelle aura bien mangé et bien grossie, quelques mâles vont pouvoir se greffer sur elle.

S’ensuit alors un processus complexe de fusion. Tandis que les mâles profitent de la nourriture offerte par la femelle, par la mise place d’un réseau sanguin similaire à un placenta et un cordon ombilical comme dans la gestation chez les Hommes, les mâles vont de plus en plus fusionner avec la femelles, n’étant réduit qu’à de simples corps avec des nageoires, puis n’étant plus que de simples amas cellulaires puis n’étant plus que de simples gonades mâles. Le reste est complètement fusionné ou disparu dans l’organisme de la femelle.

Voilà pourquoi l’on ne retrouve que des sujets femelles et qu’elles possèdent les caractéristiques des sujets mâles. Encore une preuve que les femelles/femmes veulent dominer le monde toutes seules !