Puni de chocolat à Pâques, un enfant découpe ses parents

par
[NDLR : nous n'avons rien trouvé de mieux que cette illustration pour ce fait divers]

[NDLR : nous n’avons rien trouvé de mieux que cette illustration pour ce fait divers]

Alors que le petit Clément, 7 ans, est puni de chocolat à Pâques pour avoir coupé les cheveux d’une de ses camarades de classe, il massacre ses parents avec une tronçonneuse trouvée dans la cabane à outil de son père.

C’est une histoire qui fait froid dans le dos. Les habitants de la petite commune de Criquebeuf-en-Caux, située sur la côte Normande près d’Etretat, se sont réveillés avec une nouvelle digne des pires films d’horreur. En effet, Clément, âgé seulement de 7 ans a découpé ses parents à la tronçonneuse, dans la nuit du 31 mars, après qu’ils aient puni le petit garçon de chocolats pour Pâques, pour avoir coupé les cheveux d’une camarade de classe. « C’est une nouvelle atroce » explique le Maire du village. « C’était une famille normale, modèle, sans problème. Impossible de comprendre un tel acte ».

La grande soeur de Clément, Arielle, 13 ans, a survécut au drame, se faisant couper la moitié de son avant bras droit au moment de s’enfuir. « Elle est arrivée chez nous trempée de sang, la moitié de son bras dans son autre main, avec un regard à faire froid dans le dos, comme complètement choquée et dépassée par les événements » explique alors un des voisins. « Nous avions entendus des cris, nous pensions simplement à une querelle de couple. C’était bien au dessus de ce qu’on pouvait imaginer ». Arielle est maintenant hospitalisée et ne court plus aucun danger.

Les enquêteurs ont également été choqués par la scène d’horreur qui leur était offerte. « Clément était là, couché dans le sang avec ses deux parents, gisants et morts. » affirme une source proche de l’enquête. « Il avait minutieusement découpé chaque membre de son père et de sa mère, la tête, les bras, et les jambes, et les avaient reposés tels quels aux endroits d’origines, comme s’il voulait réparer son crime ». « Il pleurait, demandait à ses parents de se réveiller. Il ne semblait pas du tout prendre conscience de ce qu’il venait de faire. »

 « Une scène épouvantable impossible à soutenir du regard »

Même pour le spécialiste des projections de sang, la « scène était épouvantable tant il était impossible de la soutenir du regard ». « Les corps démembrés et rafistolés baignaient dans une mare de sang où un enfant pleurait toutes les larmes de son corps pour qu’ils se réveillent, tronçonneuse dans la main ».

Selon la maitresse d’école, Clément était un enfant « turbulent », « difficile à concentrer », et ayant « une grande défiance pour l’autorité ». Cette année il redoublait le CP et était « bien parti pour recommencer » d’après la maitresse.

« C’est la faute aux jeux vidéos » d’après Laure Manaudou dans un article accordé au Point paru cet après-midi. Malheureusement pour Clément, on ne donne pas de chocolats en prison, même dans les prisons pour enfants.