Quand LePoint devient un mauvais journal satyrique…

par

Lepoint décide de faire un article sur « Cloclo » et de se rendre plus original que les autres journaux… Sauf qu’il y a une limite à tout. Et surtout au mauvais goût.

11 mars 1978: Claude François bricole une dernière fois avant de mourir; tel se nomme l’article parut ce matin dans LePoint, relatant la fin de l’histoire « bisounours » de Claude François que ses proches ont bien voulu raconter.

« Ne demandez pas à une vedette de savoir chanter, danser et… bricoler. Cloclo s’électrocute en redressant une applique lumineuse. »

Outre le caractère décalé de cet article écrit à la va-vite pour essayer de faire un buzz sur l’actualité chaude du moment, l’article du LePoint en est presque une insulte aux fans, aux proches et à sa famille, mais pas que. N’ayant point d’affinité avec les chansons de Claude François ni avec le personnage lui même, je me suis senti outré de pouvoir écrire avec autant de légèreté sur la mort d’un homme… aussi tragique qu’elle soit.

Déjà pour commencer, on a une belle erreur sur la date de mort de ce fameux « cloclo » comme ils aiment bien dire. Comme j’étais presque persuadé qu’ils auraient corrigé tant la faute est grossière et qu’on peut très bien voir qu’ils ne prennent même pas la peine de lire leur torchon avant de le publier, voici le passage:

Je ne savais pas que la télévision couleur existait déjà en 1878…

On remarquera aussi le passage burlesque de « a regarder la tête de Johnny aujourd’hui, on se dit que ce n’est pas un si mauvais calcul… » On en rigole encore!

Puis on continue la lecture. On trouve encore quelques passages trop marrant, on se bidonne à chaque phrase…

Puis, LePoint revient, toujours avec une histoire pseudo-fictive, sur le pourquoi du comment cela s’est passé. Soit disant un électricien peu scrupuleux qui n’aurait pas pris le temps de vérifier les installations électriques dans la salle de bain… Ce qu’elle est bonne!

Et attention, le final, le feu d’artifice, l’explosion, que dis-je, la bombe atomique! Lepoint conclut sur cette magnifique phrase, ce final shoot, comme pour mettre un point d’honneur à décrédibiliser ce journal…

Alors, certes, l’humour n’a jamais tué. L’humour n’est juste qu’une façon de détourner la réalité. Okay. Non je ne suis pas coincé, encore moins choqué.

Ce qui me dérange vraiment, c’est d’utiliser un support informatif pour faire une satyre même pas drôle sur la mort de quelqu’un, peu importe sa notoriété. Il aurait fallut choisir avant sa fonction dans l’information. Mais bon, pour vous, un petit récap des commentaires des abonnés:

Merci surtout pour cet article très mauvais. J’ai l’impression que je pourrai être journaliste, parfois.