Expérience : j’essaye d’arrêter de boire du Coca Zéro pendant 1 mois

par

A la vue de ma consommation complètement déraisonnable de Coca-Cola fut-ce un temps, j’avais décidé pour ma santé non pas d’arrêter mais simplement de me tourner vers un produit avec zéro sucre : le Coca-Cola Zéro (ok, je serais peut-être pas atteint par le diabète mais par le cancer – bien qu’aucune étude n’ai démontré que l’aspartame était cancérogène). Cela a duré presque 1 an lorsque je me rendit compte que je consommais encore plus de Coca-Cola Zéro que de Coca ordinaire – peut-être le sentiment de moins abuser sur le sucre – : j’en étais à une canette de 33 cl le matin vers 10h, une bouteille de 50 cl le midi et une autre canette le soir, sans compter le fait que j’en avais encore chez moi. Je devais pas être très loin du demi-litre consommé chaque jour. Je suis moi-même choqué de l’écrire.

Comme me l’ont fait remarqué plusieurs de mes lecteurs, j’ai eu des problèmes de calculs mentaux lors de la rédaction de cet article. Parce que l’original est toujours plus fun, je laisse cette aberration mathématiques pour le bien de la science.

Je me demandais si cette consommation, au delà d’être complètement abusive (et onéreuse), cachait la sournoise addiction que l’on entend souvent partout dans les médias. Bien-sûr, difficile d’être addict à un produit qui ne contient pas de sucre, mais l’aspartame à cette faculté de mimer précisément les mêmes actions sur le circuit du plaisir que le sucre lui-même, via un mécanisme de récompense.

En clair, je me soupçonne d’être drogué à une boisson qui mime les effets du sucre sur le cerveau sans pouvoir en voir les conséquences sur mon poids, et stimulant ainsi mon circuit du plaisir lorsque je suis en présence de vrai sucre. Les conséquences d’une telle addiction serait de surstimuler mon cerveau lorsque je suis en présence de vrai sucre et d’augmenter ainsi ma prise quotidienne autrement que par le Coca-Cola.

Anecdote : dans le jeu vidéo « Fallout », les habitants payent en capsules de Nuka-Cola, dont certaines bouteilles sont encore retrouvées comme neuves 200 ans après le ravage du monde par l’arme nucléaire. Dans le jeu, Nuka-Cola est décrit comme une multinationale qui fabriqua tellement de bouteilles que cette monnaie s’est imposée comme d’elle-même dans ce monde post-apocalyptique.

Nukacola

Du coup, j’ai un peu pris peur, et parce que j’aime bien les expériences, j’ai décidé de stopper net ma consommation de Coca-Cola (et de soda en règle générale) pour l’équivalent d’un mois et d’en raconter mes journées tel un journal intime. Qu’on soit bien d’accord : cette expérience vise à comprendre comment je vais vivre ce mois entier sans boire de Coca-Cola ni n’importe quel autre soda et jus sucré. Je vais simplement remplacer cette consommation par de l’eau gazeuse ou plate.

Cette expérience a démarrée le mercredi 2 décembre 2015 à 00h01 et se terminera le samedi 2 janvier 2016 à 00h01. J’éditerai cet article en direct live, jour après jour, peu importe si je tien mon engagement et mes convictions.

De toute façon, une telle expérience ne peut pas me faire de mal.

1er jour – la confiance

Je me suis levé ce matin avec cette idée de commencer un mois sans Coca-Cola Zéro et sans toute autre forme de soda. Mais j’avais prévu de faire cela pour début 2016. Et la journée faisant, ratant la pause de 10h et de ladite canette, j’ai décidé de commencer mon mois sans Coca dès aujourd’hui.

On devrait appeler ce blog « Le Précrastinateur » des fois.

Pour l’instant, j’ai bu une canette de Perrier au repas du midi. J’aime beaucoup l’eau gazeuse, et peut-être j’arriverais à passer outre l’envie du Coca par cette boisson. En même temps, je ressens pas vraiment l’envie d’en boire, mais comme j’en parle beaucoup lors de cette écriture d’article, pas facile de savoir si j’essaye simplement de me convaincre ou si ce sentiment est véritablement ce que je ressens. On verra. En tout cas, cette première journée me semble réussie.

2e jour : la psychologie

Mon 2e jour sans Coca-Cola Zéro. J’ai tenu bon, mais je me suis surpris entrain de rêver de me verser un verre avec quelques glaçons lorsque je rentrerai chez moi ce soir. Ce n’est pas arrivé ;) .

J’ai eu envie d’en boire ce midi, mais je me suis contenté de ma canette de Perrier.

Depuis que j’ai commencé l’expérience, soit hier, mon sentiment vis à vis de cette expérience à déjà changé. Hier, je n’en avais pas envie, aujourd’hui, je sais pas si c’est par manque ou par frustration, mais j’ai eu envie d’en boire. J’espère que ça ne va pas empirer. En tout cas, vos messages d’encouragement sur Facebook et Twitter me donnent du courage. Merci beaucoup. Maintenant que mon entourage et mes lecteurs sont au courant, ça va être compliqué d’arrêter sans perdre ma dignité. Y’a même un gars sur Twitter qui m’a fait rire:

Screen Shot 12-03-15 at 07.43 PM

Je remercie aussi mes chers potes collègues d’avoir mis leur plan diabolique en marche, en achetant du Coca-Zéro pendant la pause de 16h. Le plan est assez drôle et je pense qu’ils vont essayer de tout faire pour me faire craquer. Challenge accepted!

Screen Shot 12-03-15 at 07.46 PM

3e jour – ça m’a pas trop manqué

J’ai eu une journée de folie : avoir le bus, attraper un taxi, travailler dur et courir dans tous les sens. A cela on rajoute la sortie simultanée d’articles spécialement écrits pour l’événement du Téléthon (sous l’égide du blog « Et Alors? »), et j’en ai oublié d’avoir envie de boire du Coca-cola, tout simplement.

A midi, je me suis acheté ma canette de Perrier (tu la sens venir l’addiction au Perrier là?) et quelques petites bouteilles que je pourrai enfin mettre dans mon bureau. Parce que j’ai souvent soif et que le Coca-Cola Zéro avait cette particularité de me désaltérer…

Aujourd’hui, ma fiancée m’a aussi tendue un piège sur Facebook en postant cette photo. Soit disant pour finir les restes de Coca à la maison et pour m’empêcher d’avoir envie d’en boire en rentrant le soir. Belle initiative, mais je me serais bien passé de la photo.

Screen Shot 12-05-15 at 12.39 AM

Il est presque 1h du matin, et je n’ai pas pensé à écrire ce journal avant maintenant. Preuve que le Coca ne me manque pas tant que cela. J’ai dû mal à croire en cette fameuse « addiction » dont parlent régulièrement les médias. Enfin, ne faisons pas trop les malins, cela ne fait que 3 jours que cette expérience à démarré.

1/10e quoi…

4e jour – euh… je faisais quoi déjà?

4e jour déjà, et aujourd’hui, plus encore que les autres jours, je n’ai pas pensé une seule fois à boire du Coca-Cola. Simplement, c’est le souvenir de maintenir cet article qui m’y a fait pensé, et je n’ai pas plus envie d’en boire que lorsque je pense tout simplement à me rafraîchir le gosier.

Si en ce moment je suis entrain de vivre un manque, j’ai dû mal à comprendre comment peut-on être victime de son addiction. Je suppose donc que je ne suis pas du tout addict au Coca-Cola, malgré le fait que je devais en boire plus d’un litre par jour. Mais, je ne suis qu’au 4e jour et il faut voir dans la continuité. Ah oui, pour ceux qui se demanderaient, je n’ai pas transféré mon addiction sur autre chose.

coca3

Sur Vice, un article qui parle de la même expérience que moi est sorti hier. Par contre, le consommateur explique comment il a souffert pendant ce mois entier d’abstinence.

Mais quelques minutes à peine après avoir pris ma décision d’arrêter le Coca, j’ai été pris d’une envie violente de boire une canette bien fraîche. Lors de ma seconde nuit de détox, j’ai carrément rêvé que la compagnie Coca-Cola avait inventé un nouveau type de canette, d’une contenance de 530 ml, plus large que haute.

Je soupçonne l’auteur de cet article de vouloir faire dans le sensationnel. Comme pour les JT et les émissions à la télévision, les blogs et les sites d’actus souffrent de plus en plus d’un problème de visibilité lorsqu’on essaye de rester honnête et sans « AWESOMETHINGS ». J’ai eu cette sensation d’avoir envie de Coca après ma décision, mais si je vous demande de ne pas penser à une chèvre là maintenant, tout de suite, qu’allez-vous faire? Et je ne crois pas que vous êtes addict aux chèvres. Ou sinon consultez.

Dommage, car je trouve que je souffre pas assez. Ca aurait été plus marrant à raconter, et cela aurait été dans la ligne de tous les articles pseudo-scientifiques que l’on trouve sur le sujet.

Je le répète, je ne suis qu’à J+4.

5er jour – Rien à l’horizon

Cette expérience est un peu nulle en fait. Je pensais que j’allais transpirer, avoir des sueurs froides et avoir des vertiges. Que nenni.

J’ai décidé de mettre cet article tous les 2-3 jours maintenant, sauf changement radical de comportement.

6e jour – Les amis sont fantastiques

Aujourd’hui, j’ai passé une bonne journée de merde au boulot. Vers 19h30, au moment de partir, j’ai vu du Coca dans le frigo de la salle de pause de mon travail. L’idée « et si j’en buvais personne ne saurai » m’a traversé l’esprit. Et puis j’ai tourné les talons, me remémorant mes engagements.

Et au moment de ranger mon ordinateur…

2015-12-07 19.39.53

Merci les collègues ! 6e jour passé avec réussite malgré les attaques fourbes de la vie quotidienne!

13e jour – C’est long en fait

Je n’ai pas écrit depuis le 6e jour, non pas parce que j’ai décidé de rompre mes engagements mais parce qu’il ne se passe pas grand chose. Je n’ai vraiment pas goûté une seule goutte de Coca-Cola depuis le début et cela ne me manque vraiment pas.

C’est vrai, cette expérience est beaucoup plus simple que je ne l’aurais imaginé. Il m’arrive plusieurs fois d’y penser, mais ce n’est pas l’envie qui l’emporte sur ma raison. Ces envies de Coca arrivent à des moments stratégiques (les pauses, le repas…) mais il suffit que j’étanche ma soif pour voir cette envie disparaître. Je buvais donc du Coca Cola Zéro pour simplement boire quelque chose et non comme si je buvais une drogue.

Donc pour tout dire, j’ai maintenant plus l’impression de me priver que de vraiment faire un jeu. J’ai hâte au 2 janvier pour en reboire, simplement parce que je ne suis pas plus fan du jus de tomate que ça, quand on doit boire un apéro. Et promis, j’arrêterai de boire autant de Coca. Un verre par jour maximum!

Ah oui, le plus fun dans cette histoire, ce sont mes collègues qui me trollent un peu. Voyez plutôt :

Snapchat--6154472818542735992 (1)

20er jour – le calme

R.A.S.